Choisir

> son vélo électrique

Bien choisir son vélo

Le vélo électrique n’est que très rarement un achat compulsif, et c’est pourquoi plusieurs règles son à suivre pour choisir de façon pragmatique.

Avant toute chose, il faut bien identifier l’usage que l’on aura de ce dernier. Est-il un moyen pour vous de vous rendre quotidiennement au travail, de vous balader à la campagne le week-end ou d’aller chercher le pain ?
Dans l’objectif d’utiliser le vélo en ville et pour plus de confort, privilégier un vélo électrique avec une position droite, grâce à un guidon très haut et rapproché.
Cela vous permettra de voir loin devant, tout en gardant les bras relâchés.

Depuis quelques années, sont apparus des modèles plus polyvalents, basés sur une géométrie VTC. Une position plus penchée pour associer plaisir et praticité. Ces deux catégories de vélos proposent en général des accessoires, comme l’antivol intégré et le porte-bagage (voir vélos wi-bikes). Ces vélos sont très appréciés par les routiers quotidiens. Les marques proposent aujourd'hui différents modèles s’adaptant parfaitement à tous les usages et loisirs possibles.

Velo A Assistance Electrique chez Urgence E-Bikes Paris

La batterie

  Point central dans le choix de votre vélo électrique (VAE), la batterie. Il existe trois types de batteries :
  • les batteries au plomb
  • les batteries au nickel cadmium, plus légères
  • les batteries au lithium apparaissent comme les plus optimales, mais aussi les plus chères.
Il existe, pour chaque type, différents modèles, plus ou moins puissants et offrant plus ou moins d'autonomie. Pour avoir une assistance électrique suffisante pour quelques heures, il suffit d’opter pour une batterie 36 volts/400 ampères.

Moteur : roue avant, roue arrière, pédalier ?

  À savoir : les moteurs situés dans une roue et ceux situés dans le pédalier sont totalement différents.   La différence entre le moteur dans la roue avant et roue arrière ? Quasiment aucune. L’unique problème du moteur dans la roue avant est qu’il peut manque d’adhérence sur le terrain instable (gravier, sable, glace). Sur le marché du moteur pédalier, il existait un seul fabricant sérieux jusqu’à 2011 : Panasonic. Mais depuis Bosch s’est investi dans ce secteur avec un moteur pédalier présentant de nombreux avantages. Dans la plupart des cas, c’est le moteur situé dans le pédalier qui est préféré par ceux qui recherchent des sensations proches d’un vélo classique.   À savoir : en France, la législation limite la puissance du moteur à 250 watts et l'assistance au-delà des 25km/h.

L'assistance

  Pour cette dernière, le cycliste a le choix entre deux catégories. D’un côté les vélos à assistance « tout ou rien » qui ne prennent en compte qu’un seul facteur : la présence ou l’absence de pédalage. En résulte une aide constante, modifiable à partir de la console de commande. Qu’elle soit fixe, amovible, à LEDS où digital, celle-ci permet au cycliste d’adapter l’aide du moteur électrique selon ses besoins et ses envies. Puis de l’autre, le cycle à assistance proportionnelle (dispositif perfectionné sur les modèles plus haut de gamme comme les w-bikes). Celle-ci est déterminée par plusieurs capteurs, qui évaluent la pression exercée sur les pédales et donc le niveau de difficulté dans lequel se trouve l'utilisateur. Elle permet donc une meilleure réactivité du moteur et une consommation plus faible en énergie.

Le changement de vitesse

  Dernier domaine dans lequel le cycliste attend de la rapidité et de l'adaptabilité : celui de la transmission. Élément central, le passage de vitesses sur un vélo électrique peut se faire par dérailleur pour une conduite sportive sans perte de rendement. À l'inverse, sur des modèles plus adaptés à la ville, ce changement est intégré et s'effectue par engrenages. Ce qui offre la possibilité de passer les vitesses sans pédaler. Une solution pratique qui évite tout déraillement et protège la chaîne. Couplé à un moteur pédalier, ce système nécessite même de la part de l'utilisateur l'arrêt du pédalage, ce qui peut en perturber plus d'un.